burnout

Burnout

Définition…

C’est se consumer littéralement, comme une bougie qui va s’éteindre tout doucement. C’est le « syndrome d’épuisement professionnel ou d’usure professionnelle ».Ce n’est pas un état mais plutôt un processus. Ce terme est apparu pour la première fois en 1974. Herbert freudenberger, psychologue américain, travaillait dans une clinique new-yorkaise qui accompagnait des personnes défavorisées. Il travaillait énormément et de plus en plus malgré une fatigue constante et une grande irritabilité. Autour de lui, d’autres collaborateurs présentaient les mêmes signes, il décida donc de s’intéresser au sujet qu’il appela « burnout ».

En 1981, Christina Maslach met en place le MBI : Maslach Burnout Inventory. C’est un questionnaire toujours utilisé aujourd’hui pour diagnostiquer le burnout. Ce test d’inventaire est un des modèles descriptifs du burnout qui évalue l’atteinte psychologique au travail en étudiant les conséquences du stress chronique.

L’association « France Burnout »

Pour l’Association France BurnOut, « un burnout » n’est ni une dépression, ni une maladie psychique mais « une maladie aux symptômes très physiques ».

Dans le burnout, les médecins se base sur un ensemble de signes cliniques pour diagnostiquer la maladie :

Anxiété

Irritabilité

Troubles de la mémoire

Troubles de l’attention

Repli sur soi

Troubles du sommeil

Troubles de l’alimentation

Épuisement physique, émotionnel et mental

Idées suicidaires

Crampes

Maux de tête

Vertiges

Burnout

Le burnout est consécutif à des situations de stress professionnel dans lesquelles la situation d’engagement est prédominante. Il se caractérise par 3 dimensions :

L’épuisement émotionnel

La dépersonnalisation

Le sentiment de non accomplissement personnel au travail et la dépréciation de soi.

Les techniques de thérapie comportementale et cognitive sont particulièrement indiquées dans le traitement du burnout et souvent associées à un traitement antidépresseur et anxiolytique.

Dans le burnout, supporter le regard des autres est très difficile. On a tendance à s’isoler, à fuir « les autres », ceux qui vont nous poser des questions qui seront toujours pour nous douloureuses : « tu fais quoi dans la vie ?, Ah, pourquoi tu ne travailles pas ? Mais tu as quoi exactement ?….

BurnoutLe sentiment de honte en lien avec le fait de ne plus travailler est un véritable traumatisme dans une société où l’identité de l’individu passe par ce qu’il fait. Personne ne peut imaginer que sa vie soit bouleversée en l’espace de quelques minutes ! Un départ à la retraite on s’y prépare plusieurs mois à l’avance, un arrêt de travail suite à un burnout NON.

En quelques minutes, vous n’existez plus…

L’annonce de l’arrêt est un véritable choc car à ce moment-là nous sommes dans le déni de la situation d’urgence vitale, et surtout on veut travailler car on est investi, studieux, courageux, volontaire et engagé……..

Avec la sentence d’un arrêt de travail, on va passer du trop-plein au vide en l’espace de quelques minutes ! Ce qui va amplifier notre sentiment de grande dévalorisation et surtout de honte.

Pour apaiser les souffrances, l’art- thérapie peut jouer un rôle important.

C’est une méthode visant à utiliser le potentiel d’expression artistique et la créativité d’un individu dans un but thérapeutique. En réalisant quelque chose de soi, on se sent de nouveau valorisé, c’est un moyen très efficace pour dépasser son mal être, retrouver confiance en soi et surtout l’estime de soi.

Utiliser la création artistique pour apaiser notre mental est la clé de l’art-thérapie.

inscrivez vous à la newsletter

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent aussi vous interesser